En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Electricité : les fournisseurs alternatifs ont gagné du terrain en 2018

Selon le dernier Observatoire des marchés de détail publié mardi par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), 22% des sites résidentiels étaient fournis en électricité par un fournisseur alternatif. Au total, en 2018, 900 000 clients ont quitté le fournisseur historique EDF.

couple facture

L’essor des fournisseurs alternatifs d’électricité continue. C’est le constat effectué par le dernier Observatoire des marchés de détail publié mardi par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Ainsi, à la fin de l’année 2018, près de 22% des sites résidentiels se sont tournés vers des fournisseurs alternatifs à EDF, soit plus de 7 millions de clients.

L’année dernière, les concurrents du fournisseur historique et des entreprises locales de distribution (ELD) ont donc gagné près de 4 points, après une hausse l’année précédente de 3,7 points. 900 000 nouveaux clients ont donc rejoint les tarifs de marché, alors que la concurrence ne cesse de s’accroître avec l’arrivée de nouveaux acteurs.

EDF s’accroche

Pour autant, EDF conserve plus de 25 millions de clients résidentiels aux tarifs bleus (tarifs réglementés) soit 77,3% du marché de l’électricité. L’entreprise a d’ailleurs réagi à cette tendance en lançant ses offres de marché, afin de cibler les consommateurs à la recherche des tarifs les plus bas. Une offre d’électricité verte a même été commercialisée depuis la fin 2017.

Le groupe a d’ailleurs annoncé viser « d’ici 2022, 2 millions de nouveaux clients en offres de marché en électricité ». Un moyen nécessaire pour continuer à garder son leadership face à une concurrence mettant en avant des prix du kilowattheure (kWh) bien plus bas. Pour rappel, la CRE a gelé les tarifs d’EDF jusqu’à la fin de l’hiver mais à d’ores et déjà proposé une hausse de 5,9% pour la suite.