En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Tout savoir sur votre facture d’électricité

Bénédicte de Lamartinie - mis à jour le
}

Quel que soit le fournisseur ou l’offre d’électricité que vous avez choisi, vous recevrez une facture d’électricité à une fréquence définie. Ce document, qui récapitule le montant dû pour l’énergie consommée, n’est pas toujours clair pour les consommateurs. Détail du courrier, modes de paiement, estimation de la consommation, litiges… Décryptage des éléments à connaître pour bien lire et gérer ses factures d’électricité.

Comment lire sa facture d’électricité ?

La réception d’une facture est rarement un bon moment, mais vous ne pourrez pas vous y soustraire. Quel que soit votre fournisseur, vous recevez à une fréquence définie votre facture. Elle indique bien sûr, le prix à payer pour l’énergie consommée sur une période donnée, mais également d’autres éléments. Si chaque fournisseur agence ses factures à sa manière, on retrouve globalement le même type d’informations dans tous ces courriers.

Les références clients et le contact fournisseur

Votre facture récapitule les informations vous concernant :

  • Vos nom et prénom ;
  • Votre lieu de consommation, c’est-à-dire l’adresse du lieu où est distribuée l’électricité, qui peut être différente du lieu de facturation ;
  • Votre numéro de client, un identifiant unique indépendant de votre logement ou de votre contrat ;
  • Votre numéro de compte, un identifiant propre à votre logement et votre contrat ;
  • Votre PDL (Point de Livraison), un numéro de 14 chiffres qui permet d’identifier votre logement.

Le fournisseur rappelle également ses coordonnées, l’adresse de son site internet et les numéros de son service client et de dépannage électrique.

La facturation

Dans cette section, vous pouvez prendre connaissance du montant TTC que vous devez régler à votre fournisseur d’électricité pour la période renseignée. Dans le détail, celui-ci inclut :

  • Le montant de votre consommation TTC ;
  • Le montant de votre abonnement TTC ;
  • Le montant des différentes taxes et contributions ;
  • Le montant de potentiels services ou options que vous avez souscrits.

L’abonnement

Cette section vous rappelle les conditions de votre abonnement, à savoir :

  • La puissance souscrite du compteur en kVA (kilovoltampère) ;
  • L’option tarifaire choisie (option base ou option heure creuse/heure pleine)
  • Le montant de votre abonnement HT ;
  • La période d’abonnement facturée.

Le montant de l’abonnement varie d’un fournisseur à l’autre, mais aussi selon la puissance du compteur électrique. Plus la puissance du compteur est élevée, plus le prix de l’abonnement l’est aussi.

La consommation

Votre facture vous indique également le détail de votre consommation d’électricité. Cette dernière s’exprime en kWh (kilowattheure) et correspond à la différence entre le nouvel index et l’ancien. Par exemple, si votre précédent relevé indiquait une consommation de 7 000 kWh et que le dernier en indique une de 8 000 kWh, vous avez consommé 1 000 kWh sur la période donnée.

C’est grâce à ce chiffre que vous pouvez connaître le montant hors taxes de votre facture. Il suffit de multiplier le nombre de kWh consommés par le prix du kWh tel qu’il est défini dans votre offre.

Les différentes taxes

Enfin, la facture se clôt généralement par le récapitulatif des taxes auxquelles vous êtes redevables. Tous les consommateurs doivent payer plusieurs taxes et contributions sur l’électricité :

  • La Taxe sur la consommation finale d’électricité (TCFE), versée aux communes et départements ;
  • La Contribution au service public d’électricité (CSPE), qui est ensuite reversée aux Douanes françaises et intégrée au budget de l’Etat ;
  • La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA), qui finance le régime spécifique d’assurance vieillesse des personnels qui relèvent du régime des industries de l’énergie.

L’électricité est également soumise à la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) :

  • Une TVA à 5,5% s’applique sur le montant de l’abonnement et sur le montant de la CTA.
  • Une TVA à 20% s’applique sur le montant de la consommation et les taxes correspondantes (CSPE et TCFE).

La facture peut également mentionner la date de la prochaine émission, la relève de début de contrat, la consommation annuelle de référence et les modes de paiement possibles.

Modes de paiement d’une facture d’électricité

Pour régler votre facture, vous avez défini le mode de paiement choisi avec votre fournisseur d’électricité au moment de la souscription du contrat. Chaque fournisseur a sa propre politique, mais dans la plupart des cas vous pourrez régler votre facture par prélèvement automatique, par carte bancaire (depuis l’espace client ou au téléphone avec un conseiller), par chèque, par TIP ou encore en espèces, via le système du mandat cash.

Les fréquences de paiement

Libre à vous de choisir la fréquence de paiement qui vous convient le mieux. Deux possibilités s’offrent à vous : la facturation mensuelle et la facturation bimestrielle.

La facturation mensuelle

Ce type de facturation est basé sur un échéancier de paiement avec un prix fixe à payer tous les mois. A la fin de l’année a lieu une régularisation : si vous avez consommé plus que l’estimation initiale, vous payez un supplément, si vous avez consommé moins, vous êtes remboursé du trop-perçu.

Astuce Malynx !

Ce type de facturation est pratique si vous souhaitez lisser vos dépenses d’énergie sur l’année et éviter de payer beaucoup en hiver et peu en été.

La facturation bimestrielle

Ce type de facturation permet de recevoir une facture tous les 2 mois, soit 6 par an. Généralement, 2 factures sur 6 sont établies à partir d’un relevé de consommation faits par un technicien, tandis que les 4 autres sont calculées soit à partir d’estimations, soit à partir d’auto-relevé, que vous transmettez vous-même au fournisseur.

Le délai de prescription

Peu de consommateurs le savent, mais les fournisseurs n’ont pas le droit de vous réclamer un montant dû passé un certain laps de temps. C’est ce qu’on appelle le délai de prescription. Concrètement, le fournisseur doit vous envoyer votre facture d’électricité dans les 14 mois qui suivent le dernier relevé ou auto-relevé. Après cette limite, vous n’êtes plus tenu de régler votre dû. En revanche, ce délai ne s’applique pas si le relevé n’a pas pu être réalisé pour une raison justifiée, si c’est le consommateur qui n’a pas transmis son auto-relevé ou s’il a été reconnu coupable de fraude.

Comment réduire sa facture d’électricité ?

Le budget électricité peut représenter un gros poste de dépense dans votre quotidien. Il est donc légitime de chercher à réduire sa facture d’électricité pour faire des économies. En adoptant quelques réflexes au quotidien avec des gestes simples, il est facile de faire baisser sa facture. Pensez par exemple à :

  • Eteindre la lumière ou les appareils électriques lorsque vous ne les utilisez pas ;
  • Débrancher les appareils cas d’absence prolongée ;
  • Eviter de laisser vos appareils en mode « veille » ;
  • Utiliser les modes « éco » des appareils lorsqu’ils en sont dotés ;
Astuce Malynx !

Pour réduire sa facture d’électricité, la solution peut aussi être de changer de fournisseur ! En comparant les offres, il est facile de trouver des contrats à des prix plus avantageux, notamment chez les fournisseurs alternatifs !

Comment contester sa facture d’électricité ?

En cas de litige avec votre fournisseur (facture anormalement élevée, erreur de relevé de compteur…), vous devez en priorité contacter votre fournisseur. En lui expliquant la situation, il est tout à fait possible de régler le problème avec le service client en un simple coup de fil.

Si vous n’obtenez pas gain de cause, vous pouvez tenter votre chance avec une procédure plus officielle, en envoyant un courrier et toutes les pièces justificatives qui prouveront votre bonne foi à votre fournisseur en courrier recommandé. Si la démarche n’aboutit toujours pas au bout de 2 mois, vous êtes en droit de saisir le médiateur national de l’énergie. Cette autorité administrative indépendante a pour mission de conseiller les consommateurs et de trouver des solutions aux litiges.

Avant de contester une facture, vérifiez bien que vous n’avez pas changé vos habitudes de consommation ou vos équipements, que toutes vos installations fonctionnent bien, que le PDL (Point de livraison) de votre compteur est bien identifié et que personne ne s’est branché sur votre compteur.

Cet article vous a-t-il été utile ?