En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Et si le gouvernement baissait les taxes sur l’électricité ?

Selon le journal Le Monde citant plusieurs sources, le gouvernement songerait à baisser les taxes sur la fourniture d’électricité en France. L’objectif est de pouvoir geler les prix tout en rassurant les fournisseurs alternatifs.

Le secteur de l’énergie est un des sujets phares de ces dernières semaines. Dernière annonce révélée par le journal Le Monde, le gouvernement envisagerait de baisser les taxes sur l’électricité, qui représentent aujourd’hui près de 40% de la facture totale. De ce fait, l’Etat accepterait donc une hausse du prix de cette énergie.

L’objectif de cette mesure serait de répondre aux premières critiques des fournisseurs alternatifs. A la suite de l’annonce sur le gel des tarifs réglementés, ils sont montés au créneau et ont demandé au gouvernement de « prendre ses responsabilités » en mettant en avant le fait que « ce qui compte pour le consommateur, c’est la facture TTC ».

« Pas la seule piste de travail »

« Le gouvernement n’a pas trente-six solutions, il faut baisser la CSPE (contribution au service public de l’électricité). C’est le seul levier possible sans risque juridique », précise un fournisseur d’énergie cité par Le Monde. L’Anode, leur association, a d’ailleurs d’ores et déjà annoncé son intention de contester devant la justice les futures décisions du gouvernement.

La conséquence directe est une stabilité des montants sur la facture d’électricité dans les prochains mois. Une hausse des tarifs et une baisse des taxes n’auraient pas d’effets significatifs pour les consommateurs. Pour autant, selon le journal, le ministère de la Transition écologique et solidaire annonce que « ce n’est pas la seule piste de travail ».