En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Engie alerte le gouvernement sur sa politique du « tout électrique »

Alors que les grands axes de la programmation pluriannuelle de l’énergie devraient bientôt être annoncés, Engie alerte aujourd’hui le gouvernement sur la place minime accordée au gaz face à l’électrique. Des solutions et des dispositifs de soutien pour le gaz renouvelable sont demandés.

Et si Engie avait été mis de côté dans le mix énergétique ? Sans attendre la réponse, le fournisseur d’énergie s’est positionné en marge des annonces concernant la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Il est ici reproché au gouvernement la trop grande importance prise par l’électricité au détriment du gaz dans les discussions.

Engie parle d’un scénario « tout électrique » voire même « tout nucléaire » dans une stratégie bas carbone reposant uniquement sur les énergies nucléaire, solaire, éolienne et hydraulique. L’entreprise avance donc une vision davantage « équilibrée » avec un rôle important pour le gaz renouvelable.

10% de gaz vert à l’horizon 2030

« Dans une PPE idéale, on aimerait voir une réaffirmation de l’objectif de 10% de gaz renouvelable à l’horizon 2030 et même dire que c’est un minimum », a précisé Didier Holleaux, directeur adjoint d’Engie. Un objectif qui serait même atteignable dès 2028 avec des dispositifs de soutien à cette énergie renouvelable mis en place par le gouvernement.

D’autre part, M. Holleaux avance un « principe de complémentarité des énergies » avec par exemple la mise en place de véhicules fonctionnant au gaz, à l’image des voitures électriques. Pour l’entreprise, le problème principal est d’abord d’économiser l’énergie grâce à l’efficacité énergétique (chauffage au gaz au lieu de l’électrique par exemple) avant de « décarbonner » grâce aux énergies renouvelables.