En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Gaz : la CRE valide la baisse des tarifs réglementés jusqu’en juin 2019

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié le compte-rendu de sa délibération sur la baisse des tarifs réglementés de gaz naturel d’ici juin 2019. Elle a rendu un avis favorable et donné les barèmes tarifaires applicables sur la période.

Sa position était attendue avec impatience depuis plusieurs semaines. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a ainsi donné un avis favorable au projet d’arrêté portant sur la baisse des tarifs réglementés de gaz jusqu’au mois de juin. Elle vient donc valider la mesure du gouvernement mise en place dans le cadre des revendications des « gilets jaunes ».

Publiée mardi, la délibération précise que le projet d’arrêté « annule et remplace la formule tarifaire existante sur la période allant du 1er février au 30 juin 2019 ». La CRE justifie cette position par le fait que « les tarifs envisagés permettent de couvrir les coûts d’approvisionnement et hors approvisionnement d’Engie tels qu’ils peuvent être estimés ».

Une baisse de 4,1% en moyenne

Les barèmes de tarifs du gaz sont donc prédéterminés par la CRE pour les prochains mois. De ce fait, entre janvier et juin 2019, les prix doivent reculer de 2,5€ par mégawattheure (MWh), soit une baisse de 4,1% du tarif moyen. La plus forte chute sera observée au mois d’avril avec -1,3€/MWh.

Crédits : CRE

Pour les clients d’Engie, difficile de savoir qu’elle sera la tendance après cette baisse des tarifs. La délibération précise qu’à l’occasion « de l’évolution annuelle de la formule tarifaire au 1er juillet 2019, la CRE examinera de manière détaillée si l’évaluation de la couverture des coûts d’approvisionnement, au cours de cette période, a été correctement réalisée ».