En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Et si les fenêtres produisaient de l’énergie et régulaient la température ?

Un programme de recherche européen a développé un système de vitrage intelligent capable de produire de l’énergie avec le soleil. Les fenêtres permettraient alors de réguler la température mais aussi de chauffer ou climatiser un bâtiment.

vitres production energie

Le programme de recherche européen se nomme Fluidglass. Des fenêtres innovantes sont aujourd’hui à l’étude afin de produire de l’énergie solaire en modifiant leur transparence. Ce vitrage à double fonction permettrait de récupérer la chaleur du soleil pour la restituer à l’intérieur du bâtiment mais aussi de réguler la lumière pour ajuster la température.

Au niveau de sa composition, cette vitre est en 3 parties :

  • Une couche extérieure composée de deux feuilles où un liquide récupère la chaleur du soleil ;
  • Au milieu, un gaz permet d’assurer l’isolation thermique du bâtiment ;
  • Une couche intérieure composée également de deux feuilles où un filtre est installé pour ajuster sa transparence.

Réduire la facture énergétique des bâtiments

Selon les premiers tests effectués par les équipes Fluidglass, cette fenêtre pourrait produire jusqu’à 1 kilowattheure d’énergie par période de grand ensoleillement. La réduction de la consommation en énergie en chauffage ou en climatisation serait de l’ordre de 50 à 70% dans le cadre d’une rénovation énergétique. Pour les bâtiments les plus récents, cette baisse serait davantage de 20 à 30%.

Cette innovation technologique a pour objectif de réduire la facture énergétique des bâtiments. Par exemple en France, elle représente aujourd’hui près de 44% de l’énergie totale consommée, devant le secteur des transports (31,3%), selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. Ces fenêtres pourraient donc avoir un rôle à jouer dans le futur.